Les plantes:
- Aa - Al - B - Ca - Cl - D - E - F - G - H - I - J - - L - M - N - O - P - Q - R - S -T -U - V - W - X - Y - Z
Les jardins:
- Google maps
- liste alphabétique
- en Belgique
- en France
- en Angleterre.
- aux Pays-Bas
- Italie
- Allemagne
Les voyages:
- S E Angleterre.
- N. Pays de Galles
- East Anglia
- Cotswolds
- Autour d'Oxford
- Entre Londres et Northampton
- Entre Bath et Bristol.
La création:
- prairies fleuries
- haies
La bibliothèque:
- le lexique
- livres et liens.
    qui sommes-nous ?page d'accueil
         

   
Hidcote Manor
Sophie en mai 2002 et mai 2007

PLAN ET VISITE VIRTUELLE
le cercle le bassin circulaire
le théâtre
les plantes alpines les charmes palissés l'étang et la serre l'allée des roses

Lawrence Johnston est né en 1871. Il est l'ainé de trois enfants. Ses parents, citoyens américains et issus tous deux de familles très fortunées, se séparent lorsqu'il a 9 ans. Quelques années plus tard, sa mère se remarie avec Mr Winthrop. A partir de ce moment, ils séjournent très souvent en Europe. En 1907 Mrs. Winthrop, à nouveau veuve, acquiert une centaine d'hectares en Angleterre, dans les Cotswolds, à Hidcote.

Lawrence se passionne tout de suite pour le jardinage. Il lit beaucoup et s'inspire des livres de G. Jekyll et Th. Mawson. Autour du vieux cèdre du Liban, il aménage le vieux jardin (1), le jardin blanc (2) , le théâtre de verdure (15) , la bordure rouge (7) et les cercles (4 et 5).

en cliquant sur les chiffres, on accède à la partie du jardin correspondante.
kiosque ruisseau ruisseau le jardin aux fuchsias l'étang et la serre l'étang et la serre l'allée des roses le théâtre de verdure les charmes palissés les piliers
Mais la guerre éclate et sa mère, qui s'adapte difficilement, songe à revendre le domaine Il rejoint l'armée anglaise et se bat dans les tranchées. En octobre 1914, il est blessé par un éclat d'obus. Il revient un mois en convalescence à Hidcote. Il crée alors le kiosque (9) et les charmes (11) palissés.

En 1916, il retourne au front et, après la guerre, poursuit sa carrière dans l'armée...

Il prend sa retroite en 1922 et se consacre au jardinage, au tennis et aux mondanités dont sa mère était très friande. Il crée la Long Walk (8) , le jardin de Mrs. Winthrop (3) , le jardin aux piliers (16) et aménage les plantations autour du ruisseau (10). Il participe à des expéditions botaniques dans les Pyrénées, dans les Alpes, en Inde ou en Afrique du Sud. Comme de nombreux millardaires anglais et américains, il fait aussi de fréquents séjours à la Côte d'Azur . En 1924, il achète Serre de la Madone, sur les hauteurs de Menton. Désormais, il partage son temps entre ses deux jardins. Tous les ans, en octobre, il quitte Hidcote au volant de sa Bugatti, suivi par le chauffeur au volant de la Rolls... et refait le même trajet dans l'autres sens en avril.

Hidcote est à son apogé dans les années trente. Il l'ouvre quelques jours pour an pour 1 shilling. Les revenus sont versés à une oeuvre charitable. L. Johnston n'ayant pratiquement laissé aucune note concernant son jardin, les écrits de Vita Sackville-West et Russell Page sont très précieux pour nous aider à comprendre sa démarche.

Amoureux du végétal, il accorde fort peu d'importance aux bâtiments. La maison n'est visible qu'à l'entrée. Après, elle disparaît totalement derrière la verdure. Le reste de l'espace est divisés en salles de verdure, closes de haies et de murs. Chacune, coupée de la campagne environnante, a son atmosphère propre et contraste avec les espaces voisins. Seuls les deux axes majeurs qui traversent le jardin d'Est en Ouest (depuis le vieux jardin jusqu'aux charmes palissés) et du Nord au Sud (la "Long Walk") s'entrouvrent par une grille en fer forgé sur les très belles collines des Cotswolds. On peut affirmer qu'il a inventé le fameux Mixed-Border (la bordure rouge), même si avec les années son style devient plus audacieux, plus libre, comme le montrent les plantations le long du ruisseau. Il disait lui-même avoir créé à Hidcote "un jardin sauvage dans un cadre régulier"

Hidcote souffre peu de la deuxième guerre mondiale, mais L. Johnston vieillit et se devine atteint du même mal que sa mère, la maladie d'Alzheimer. En 1948, il cède le domaine au National Trust. La fondation entretient le jardin et L. Johnston peut occuper la maison quand il le souhaite. Mais il préfère le climat méditerranéen et ne revient à Hidcote que deux mois en 10 ans. Il meurt à Serre de la Madone le 27 avril 1958.

Pour aller plus loin...

- Un ouvrage bien illustré et documenté qui rassemble ce que l'on sait de la vie, des sources et influences de L. Johnston. Dans la deuxième partie, le jardin est décrit saison par saison. G. S. Pearson, Hidcote. The Garden and Lawrence Johnston, éd. Natuional Trust, 2007  
 
- Et Louisa Jones a écrit un petit bijou de précision et de rigueur d'analyse. Son livre est dépourvu d'illustrations, mais accompagné dessins suggestifs. Une cinquantaine de pages qui se dévorent avec plaisir !
Louisa Jones, Serre de la Madone, éd. Actes Sud/ Dexia éditions, Arles, juillet 2002

 

 

 

 

©www.le jardindesophie.net