Les plantes:
- Aa - Al - B - Ca - Cl - D - E - F - G - H - I - J - - L - M - N - O - P - Q - R - S -T -U - V - W - X - Y - Z
Les jardins:
- alphabétique
- en Belgique
- en France
- en Angleterre.
- aux Pays-Bas
- Italie
Les voyages:
- S E Angleterre.
- N. Pays de Galles
- East Anglia
- Cotswolds
- Autour d'Oxford
- Entre Londres et Northampton
- Entre Bath et Bristol.
La création:
- prairies fleuries
- haies
La bibliothèque:
- le lexique
- livres et liens.
    qui sommes-nous ?page d'accueil
         

   
Val Maubrune
vu par Sophie en avril 2009 et juillet 2011

PLAN ET VISITE VIRTUELLE
les chemins
les mousses la terrasse le potager

L'Association des Journalistes de Jardin et de l'Horticulture a décerné à Val Maubrune son "coup de coeur" 2012. Bravo à Thérèse et Gérard.

Depuis la route, un chemin d'entrée (10) conduit à la maison. Et là, sur une petite esplanade qui embrasse le paysage, on prend très vite la mesure des lieux.

Vue sur le jardin

Plus près de la maison, un potager et une bien jolie terrasse.

La saulaie l'eau les chemins les carex la couleur le sous-bois les mousses les fougères les coins de repos l'entrée C'est un grand terrain de plus d'un hectare, creusé par un vallon humide qui se prolonge sur le versant d'en face par un sous-bois (6) . Autour, sur les crêtes arrondies, s'étendent des prairies verdoyantes, fleuries au printemps. Bref, c'est un paysage typiquement creusois.

Pour le pénétrer, le chemin (3) descend vers la vallée, et sur la droite, bifurque un sentier qui avance dans la saulaie (1) . Il enjambe un ruisseau (2) , longe le marais des Carex (4), s'arrête près d'un étang et se colore de fleurs (5) . Plus loin, il remonte vers le bois, où les mousses (7) et les fougères (8) jouent à cache-cache avec les troncs, les mares (2) et les filets d'eau (2). Il revient alors vers la lumière et les flancs du vallon, où sur un banc (9), on s'arrête un peu pour souffler.

Thérèse et Gérard Le Meignan ont commencé ce jardin en 1998. Amoureux de la douceur des lieux, ils ont voulu mettre en valeur la nature, la sculpter, la magnifier, mais avant tout, la respecter. Pas de grandes persepctives donc, ni de symétrie. Pas de mixed-borders non plus. Le paysage n'en a rien à faire. C'eut été le gâcher.

Lentement, patiemment, après beaucoup d'observations, ils ont abattu quelques arbres, élagué des troncs pour ouvrir et dégarer la vue. Là où la lumière était la plus belle, ils ont tracé d'étroits sentiers. Ils ont respecté la flore locale, l'ont parfois encouragée, tantôt controlée. Ils ont ajouté aussi un peu de couleurs et de formes, mais jamais trop pour ne pas heurter le bel équilibre naturel des verts.

Ils parlent d'un paysage jardiné.

........................................................ ....©www.le jardindesophie.net